top of page

Spectacles

L’art d’aimer,

Voyage dans le monde de Livio Benedetti

création 2022

Invité par la famille du célèbre sculpteur Livio Benedetti à Apremont en Savoie, Matthieu Barrucand a pu s’imprégner de son univers. Entre croquis et moulages, il a été touché par les nombreux articles de presse destinés à la danse punaisés aux murs de l’atelier, source d’inspiration évidente.

La musique, élément d’accompagnement du travail de Livio Benedetti, a également été remarquée par le chorégraphe et fidèlement retranscrite dans la bande son du spectacle. 

Ce spectacle intitulé L’art d’aimer parle de l’Amour. Sous l’œil attentif de La « Sarrasine », est ouvert le grand livre de la vie. La « Lorelei », s’arrête sur l’écran aux quatre points cardinaux. A l’est « Céleste » répand l’Amour venu du ciel. « Fraternité » évoque à l’ouest le sentiment de fiabilité entre deux êtres. La « Dame assise aux bras croisés » face au sud reflète la lumière avant l’envol de l’« Aigle » vers le nord. Au centre, l’« Enlèvement d’Europe » par Zeus transformé en taureau, montre aussi à sa manière son « art d’aimer ».

Prix Livio Benedetti 2023

Prix Pierre Dumas 2022, Fondation Pierre Dumas - Institut de France

Durée: 1h

Barbara Hendricks, la voix du ciel

Création 2023           

Chorégraphie : Matthieu Barrucand

Distribution : Virginie Barjonet, Marion Daneluzzi, et les danseurs de la compagnie 

Montage musical : HUBBA

 

La danse, par ses rondeurs et ses aigus, fait écho à la voix céleste de la soprano et nous enveloppe d'émotions tendres.

Entre gospel, musique sacrée et prise de parole, ces différents tableaux chorégraphiques nous montrent l'engagement d'une artiste pour la cause

humaine, bouleversante d'exemplarité…

 

Durée : 35 minutes 

Peut s’inscrire dans un triptyque d’1heure, associant le message de Joséphine Baker (création 2022) ) à celui de Martin Luther King (création 2021)

Joséphine, une femme libre

Création 2022           

 

Chorégraphie : Matthieu Barrucand

Distribution : Tessa N’Sondé

Montage musical : HUBBA

Concept : Matthieu Barrucand propose une chorégraphie faite sur mesure, permettant à Tessa N’Sondé d’interpréter avec vitalité les différentes facettes de Joséphine Baker.

 

Ils évoquent ensemble trois âges de sa vie, son rythme effréné, passant de la cadence trépidante de la scène à la douceur de son rôle de maman, indissociable de sa lutte acharnée contre les injustices. 

Cette performance alterne entre incarnation, hommage et sensibilisation.

Un solo pour confronter l’héritage idéologique aux barrières toujours présentes.

Et si la danse permettait une certaine vigilance, un certain maintien des rêves les plus essentiels?

 

Durée : 17 minutes

Ce solo peut s’inscrire dans un triptyque d’1heure, associant le message de Martin Luther King (création 2021) à la voix de Barbara Hendricks (création 2023). 

I had a dream

Création 2021        

 

Chorégraphie et Distribution : Zao Bastoi- Guichard 

Mise en scène : Matthieu Barrucand

Création  musicale: HUBBA

 

Et si le rêve de Martin Luther King était toujours d’actualité ?

S’il voyait sa descendance aujourd’hui, quel serait son regard sur les conditions de vie de certains citoyens de la planète?

Matthieu Barrucand signe ici une pièce épurée et sensible, laissant au public une note d’espoir et de tolérance, dépassant la simple peur de l’Autre.

La chorégraphie donne l’occasion de défendre un point de vue. Entre ancrage et virtuosité, le corps parle.

Un solo de danse urbaine pour confronter l’héritage idéologique aux barrières toujours présentes.

Et si la danse permettait une certaine vigilance, un certain maintien des rêves les plus essentiels?

 

 

Durée : 10 minutes 

Ce solo peut s’inscrire dans un triptyque d’1heure, associant le message de Joséphine Baker (création 2022) à la voix de Barbara Hendricks (création 2023).  

Orphée et Eurydice

création 2017

Dans le cadre des Estivales de Brou, avec pour metteur en scène Claude Calvet et Laurent Touche à la direction musicale est née cette chorégraphie retraçant l'amour contraint d' Orphée et Eurydice.

L'enfer, la passion... ou comment aimer sans jamais se retourner? Un duo néo-classique épuré qui illustre la musique de Gluck avec force et détermination.

Durée : 30 min

La mort du cygne

création 2016

Extrait du carnaval des animaux, inspiré par la version de Maia Plissetskaïa ce cygne masculin voit son destin se refléter dans les eaux du lac. Il croit dominer son royaume sur les flots, glisse, se cambre et use de ses ailes sensuelles pour s'imposer face à son histoire. Mais sa liberté ne serait-t-elle pas menacée?...Un envol vers une autre dimension l'attend, avec le spectateur pour témoin.

Durée : 5 min

Carmen, le Ballet 

création 2013

Tout public:

Entre condamnation et victoire amoureuse, l'intrigue se concentre avec poésie sur les liens des personnages principaux.

De qui Carmen, oiseau rebelle, suggestive et ensorcelante, est-elle éprise ? Une proie, celle des autres, celle d’elle - même, Carmen n’en demeure pas moins libre, libre des convenances. La passion brute et belle, de la vie à la mort. Carmen n’a cessé de jouer avec les hommes, avec la vie.Jusqu’à en perdre la sienne... 

Liant sensibilité et puissance, les sept interprètes de la Compagnie Choryphée se partagent l’intrigue défendant une danse actuelle, virtuose et esthétique. Matthieu Barrucand recentre sa chorégraphie sur cette passion qui sera fatale. La musique emblématique de Georges Bizet fait écho à la bande originale du film Parle avec elle de Pedro Almodovar. Carmen c’est avant tout de l’émotion, de l’amour et des trahisons.

Durée : 1h

Le Boléro de Ravel

création 2009

''Descendance''

La danse fluide et esthétique de Stéphanie Jarlan glisse sur la musique de Maurice Ravel, mais pas seulement,

elle la percute aussi et nous interpelle.

Seize minutes seule en scène, le temps de retracer la vie d'une femme aux multiples courages qui

par sa danse nivelle la force de la musique.

Deux thèmes et une ritournelle inlassablement répétés comme pour illustrer les aléas d'un parcours sans cesse semé d'imprévus et d'embuches.

Jeunesse, force, puissance, jeux, humilité, puis découragement, puis de nouveau force, puis fatigue, puis encore force, puis enfermement, toujours avec cette lutte qui fait primer la vie sur l'épuisement.

La précision du dessin mélodique et la montée en puissance de l'orchestration soulignent la performance de son interprétation. Une interprétation possédée et investie.

Un véritable ''sourire à la vie'', l'occasion de réentendre le plus célèbre des poèmes chorégraphiques pour orchestre, composé pour la danseuse et mécène russe Ida Rubinstein.

Durée:16min

Les 7 péchés capitaux

création 2006

''Résonances''

Sept tableaux chorégraphiques qui évoquent avec légèreté, poésie ou puissance des péchés pas si capitaux que ça !

Luxure : «La cour du Roi ''x'' se donnant corps et..corps à son dirigeant ridicule et non puissant!»

La colère : «La vengeance peut parfois faire perdre la...tête.»

La paresse : «Et si l'insouciance et l’oisiveté conduisaient à l'ennui?...»

L'avarice : «Des étriqués obsessionnels qui amassent, sans voir les autres !»

L'orgueil : «Deux ''amours-propres'' plus intenses que l'amour ''vécu'' ?...»

L'envie : «Attirance pour un monde d'extase et de liberté, loin de toute privation...»

La gourmandise : «Stocker dans  une société consommatrice et hypocrite.»

Durée 1h

Casse-noisette

création 2006

Le conte chorégraphique à voir en famille, dès 3 ans:

 

Il était une fois un soir de Noël chez les Drosselmeyer. La famille accueille quelques invités. 

Parmi eux, le Parrain de Clara l’aînée des enfants, et le Prince de la région, dont elle tombe instantanément sous le charme.

Le champagne coule à flots, Clara reçoit des mains de son Parrain un cadeau pas comme les autres : un Casse-Noisette aux pouvoirs magiques qui va susciter la jalousie de Fritz, son petit frère. 

Clara s’endort avec sa poupée contre elle.

Ses rêves vont la conduire alors dans un monde enchanté, bercée par la musique de Tchaïkovski dans une chorégraphie onirique de Matthieu Barrucand.

Lorsque sonne minuit, le Roi des Rats envahit la maison, très vite vaincu par Fritz métamorphosé en un petit soldat ressemblant étrangement au Casse-Noisette !

Il la conduira au pays de La Reine des Neiges où elle retrouve son Prince pour l’épouser.

Son voyage onirique se poursuit chez La Fée Dragée. 

Thé, Café et Chocolat se succèdent dans un tourbillon de divertissements donnant à Clara l’occasion de revoir tous ses proches dans des danses espagnole, arabe, chinoise et russe.

 

Ce conte chorégraphique se finit en apothéose lorsque le Prince Charmant invite notre petite héroïne à danser la célèbre Valse des Fleurs. 

Durée: 1h25 avec entracte

Présence, d’après la légende de la dent du chat

création 2003

Tout public

L’histoire :

Il était une fois, il a toujours été et il ne sera jamais La légende de la Dent du Chat… 

Un pêcheur, embarqué sur le Lac du Bourget, trouve dans ses filets un petit chat. 

Le félin grandit, puis grossit jusqu’à devenir un monstre. 

Terrifiés, les habitants du village font appel au roi Arthur et à ses chevaliers qui passaient comme par hasard dans la région…

Ces derniers placent une arbalète sur le dos d’un Agneau. Lorsque le Chat veut manger l’Agneau, l’arbalète se déclenche et tue le fauve.

Il débaroule le long de la Montagne jusque dans les eaux du Lac. Et comme il avait la gueule ouverte sur sa proie, sa canine reste accrochée sur les hauteurs.

Depuis, lorsque le Lac est agité, la légende raconte que le Chat n’est pas tout à fait mort et que lorsqu’il est en colère, il fait le gros dos provoquant d’impressionnantes vagues sur le Lac du Bourget.

Ce spectacle narratif, à la dimension  généreuse autour de thèmes forts comme la stratégie, le pouvoir est une invitation à l’émotion.

 

La qualité de « fluidité », en lien avec les ondulations du Lac du Bourget contraste avec les notions de « saccadé » et de « dureté » associées à l’éboulement de l’animal le long de la montagne de la Dent du Chat.

Durée: 1h

Jeune public

Photos: Estivales de Brou (Collection privée) // Hobby one Camara // Aline Rassat // Paolo Provenzano

VIDEOS

L'ours qui voulait découvrir la planète
L'ours qui voulait découvrir la planète
31:58
Play Video
L'ours qui voulait découvrir la planète - Teaser
01:52
Play Video
Les Grands Ballets / Compagnie Choryphee 20 Ans
01:28:38
Play Video
Dis, raconte - moi la danse
01:35
Play Video
Play Video
Play Video
Play Video
Play Video

PRESSE

« un enchantement chorégraphique ».

Dauphiné Libéré.

 

« Avec « Nuances », Matthieu Barrucand signe une soirée placée sous le signe de l'amour, dans un souci permanent d'esthétique et de générosité.»

Magazine Danse light.

 

« beaucoup d'invention et de musicalité, 

beaucoup de travail et de bonnes intentions ».

Magazine Danse.

 

« Matthieu Barrucand surprend par son imagination simple mais constructive. On découvre une danse sensuelle, très féminine et sensible, dans une ambiance feutrée, épurée et intimiste.»

Dauphiné Libéré.

bottom of page